Ganesh et Gaya - Mes chevaux

Cavalcade #44 : Une question de confiance


Ce superbe thème est proposé par Emilie du blog Cavali’Erre dans le cadre de la Cavalcade des blogs, créées par Gaëlle du blog Cheval Facile. N’hésite pas à y participer, c’est ouvert à tout le monde. C’est en lisant La Lettre Ouverte que l’envie m’est venue de partager ma question de confiance.

En observant les chevaux dans un élevage sauvage, nous avons testé l'éducation de nos chevaux en pleine nature et en liberté. Au delà de ce qu'on appelle aujourd'hui l'équitation éthologique, nous vous parlerons d'éthique, de complicité, d'harmonie, de confort, de bien être physique et moral.
En observant les chevaux dans un élevage sauvage, nous avons testé l’éducation de nos chevaux en pleine nature et en liberté. Au delà de ce qu’on appelle aujourd’hui l’équitation éthologique, nous vous parlerons d’éthique, de complicité, d’harmonie, de confort, de bien être physique et moral.

Ma folle aventure prend sa source en aout 2016 sur un terrain à l’abandon. Nous sommes en pleine canicule. Tous les après midi, je vais marcher dans la montagne pour profiter de l’ombre des grands arbres. Chaque jour, j’aperçois des chevaux, deux petits troupeaux sous les arbres. Je m’approche peu à peu. Les chevaux sont sauvages. Ils ne connaissent pas vraiment l’homme. Il y a ce cheval étrange par sa robe et son gabarit. Un véritable coup de foudre!

Le terrain est très sec, il n’y a plus d’herbe et les chevaux sont un peu maigres alors je prends sur moi d’améliorer leur quotidien. J’ai confiance, la nature nous donne de la consoude et c’est une plante très nutritive. Malheureusement, mon « coup de foudre » est dominé et n’a pas beaucoup d’occasions d’approcher cette nouvelle nourriture. Il n’a pas de nom. Il est dans une réserve de viande (à usage privée). Alors, que faire? Question de confiance. Je rencontre le propriétaire et je propose d’aider à la transhumance. Confiance ou inconscience ? Je fais plus de deux heures de route avec 13 chevaux pour un pré en altitude et un peu plus vert.

Je continue mes visites quotidiennes dans ce nouveau parc. J’ai donné un nom à mon coup de cœur : Ganesh. Il se laisse un peu approcher, il me reconnait quand j’arrive avec ma consoude séchée. Malheureusement, ses jours sont comptés mais j’ai décidé de lui sauver la vie. J’écoute mon cœur et je négocie avec son propriétaire qui doute que je puisse faire quoi que ce soit avec Ganesh. Une nouvelle fois, la confiance est là et je paye Ganesh pour sa viande. Je n’ai pas de place pour l’accueillir, il restera avec le troupeau.

Quand l’herbe se fait rare, il est temps de prendre mes responsabilités. J’achète un licol, une longe et des compléments alimentaires. Un ami m’a rejoint dans ma démarche et décide d’offrir une vie à la petite pouliche de ce troupeau. Un cheval sans aucune existence mais j’ai choisi de donner ma confiance au propriétaire qui m’a donné sa parole. Maintenant, à moi de mériter la confiance de Ganesh pour le sortir du troupeau et lui trouver un espace de vie.

Tout est question de confiance.

Tous les soirs, je vais nourrir Ganesh. Je lui présente le licol et je lui parle. Me comprend-il ? Sait-il pourquoi je lui demande d’être attaché ? Il accepte le licol et nous faisons quelques pas en longe à chacune de mes visites. J’installe un rond de longe que je bricole avec des piquets et du fil de clôture.

Tout le monde dit que je n’en ferai jamais rien. Je continue à écouter mon cœur et ma confiance en la vie. En quelques semaines, Ganesh répond à ma voix. Notre confiance mutuelle s’est installée. Elle dépasse les craintes, les appréhensions. Nous devenons complices et même si Ganesh est entier, il est doux avec moi. J’ai confiance en lui. Il apprend vite, m’observe et nous allons nous promener en longe. Mon ami m’aide et sa pouliche rejoint Ganesh. J’ai trouvé des parc à nettoyer où je peux héberger mon cheval. C’est beaucoup de travail mais nous sommes sur la bonne voie, je le sais.

Ganesh vient d’avoir 3 ans le 20 janvier 2018. Un vétérinaire est venu l’identifier et lui faire des papiers. Je l’ai fait castrer aussi. Il vit au pré avec la pouliche, Gaya, qui aura 2 ans en mai. J’ai trouvé des prés en location, du bon foin et des chemins de randonnée pour que Ganesh continue à vivre comme un cheval. Il va brouter en liberté, sans longe. Notre relation complice a établi une confiance inconditionnelle. Il ne s’éloigne pas beaucoup de moi. Au fil du temps, je lui ai présenté un tapis, une selle…..un filet qui lui a fait mal et que j’ai remplacé par un licol corde. Il me laisse monter sur son dos. Dès que le temps le permet, nous partons dans la montagne. Je marche à coté de lui, je joue avec lui et je monte un peu quand nous partons au galop dans les sous bois.

La petite Gaya nous suit partout. La confiance s’est installée avec elle aussi. Cette confiance qui a rendu possible cette histoire d’amour.

Mes chevaux sont nés en troupeau sans intervention de l’homme. Ganesh est né dans la neige et personne ne s’est précipité pour lui mettre une couverture
Mes chevaux sont nés en troupeau sans intervention de l’homme. Ganesh est né dans la neige et personne ne s’est précipité pour lui mettre une couverture

4 commentaires sur “Cavalcade #44 : Une question de confiance

  1. Quelle belle histoire ! Je suis ravie que mon texte t’ai donné envie de partager ta magnifique histoire 😍 c’est une très belle aventure que tu vis avec Ganesh et c’est fou, cette confiance en toi et en lui alors qu’il était complètement sauvage ! Bravo 😘💖

    Aimé par 1 personne

La discussion est ouverte, merci pour vos conseils, commentaires...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s